Les circuits cyclistes sont l’une de nos spécialités. C’est le récit de notre voyage de fin de saison 2018, situé à seulement quelques heures de Morzine dans les Alpes suisses. Deux tiers de l’équipe de Buzz et quelques habitués de Buzz ont fait un tour à vélo en Suisse pour l’une des journées les plus épiques que l’on puisse faire à vélo dans les Alpes. Le col du Nufenen, le col du Gothard, le col de la Furka et le col du Grimsel – tout cela en un seul jour. C’était un gros truc, et spectaculaire à un tout autre niveau, même pour les standards de Buzz.

Col du Nufenen

Nous sommes partis de la petite ville d’Obergoms à 8h30 le dimanche 24 septembre dans l’humidité, nous avons descendu la vallée principale jusqu’au bas de la première des quatre ascensions : Nufenen. Le col de 14 km s’élève entre plusieurs pics déchiquetés, tous recouverts de neige. La journée était froide mais la pente de 8,5 % a aidé à contrer cela. Le ciel était couvert et la brume enveloppait plusieurs sommets, ce qui rendait ce début de journée dramatique. Au sommet du col de Nufenen, à 2478m, nous nous sommes regroupés au restaurant, Matt et Russ ayant grimpé un peu plus vite que Joe et moi. Nous avons rapidement refait nos couches – la température était à un chiffre – et nous avons commencé la descente de 22 km vers Airolo. La route était large et le vent était relativement faible, mais au lieu d’une feuille de goudron continue, la route était construite à partir de blocs de béton. Cela a rendu la descente légèrement cahoteuse, mais on ne peut pas trop se plaindre de 22 km de descente.

Le col du Saint-Gothard

Depuis la ville suisse italophone d’Airolo, nous avons immédiatement commencé à gravir le col du Gothard, ou Passo del San Gottardo (le nom italien, au cas où vous vous poseriez la question). Une montée de 13 km avec une pente de 7% plus facile à supporter. Le col serpente le long des collines – cette fois-ci, les sommets ne sont pas enneigés – et se faufile autour de la route principale qui accueille des convois de Porshe, de Corvettes et de toutes sortes d’autres super voitures et super motos. Notre route, la vieille route, était pavée sur les six derniers kilomètres. et par sections des six premiers. Les pavés ont ajouté à l’expérience et étaient certainement une nouveauté (même si 6 km de pavés étaient plus que suffisants, car ils ont rendu les choses un peu plus difficiles). Au sommet, nous avons dégusté une Bratwurst allemande servie par un homme parlant italien, qui pratiquait des prix suisses – melting pot culturel !

Col de la Furka

Nous avons descendu environ 3 km de pavés avant de retrouver heureusement l’asphalte, et nous nous sommes dirigés vers la base du col de Furka. A ce stade, nous avions fait environ 3 heures de route et il était grand temps de prendre un café. Depuis l’arrêt café, nous avons deviné où la montée pourrait nous mener, sans réaliser l’ampleur de notre prochain passage, mais c’était une bonne chose que nous nous arrêtions pour prendre un café. En montant, nous avons croisé un terrain de golf et de nombreux automobilistes, mais sans surprise, nous n’avons pas vu beaucoup d’autres cyclistes – les collines étaient enneigées et la température basse, mais le ciel était bleu et les vues incroyables. Avec environ cinq kilomètres à parcourir, Matt, Joe et moi avons commencé à ressentir la douleur. Russ nous avait quitté tôt et a roulé aussi fort toute la journée. Les derniers kilomètres étaient un défi et je n’ai jamais été aussi heureux de rencontrer un grand café vide, tenu par deux femmes népalaises. Le gâteau était incroyable ! Tout comme le truc des cookies et de la tarte aux noix. Ou peut-être que j’avais juste faim. Le panneau du col et le café étaient situés dans un grand virage de la route, sur un plateau, de sorte que nous ne pouvions pas voir ce qui nous attendait.

Col du Grimsel

Nous nous sommes remis en route et, après quelques minutes de navigation sur le plat, nous avons atteint le bord de la montagne et vu la vallée en contrebas. Ce que nous avons vu doit être la vue la plus étonnante que j’ai vue ici à Buzz. Deux routes s’élèvent de part et d’autre de la vallée depuis leur point de rencontre au fond de la vallée, l’une à droite, l’autre directement en dessous de nous et à gauche. Il y avait plus de virages que vous ne pouviez en compter, les routes s’étendant sur des kilomètres, avec en toile de fond ce qui semblait être l’ensemble des Alpes suisses et des nuages blancs dans un ciel autrement bleu. L’hôtel Belvédère se trouvait sur le premier aiguillage de la descente à notre droite. La route était suffisamment impressionnante pour être utilisée dans un film de James Bond. Plus loin sur la droite, derrière l’hôtel, se trouvaient les restes du glacier et le paysage étonnant qu’il avait sculpté dans la montagne. La route était incroyablement lisse, fluide et pas trop technique, et nous poussions à 80 km/h dans quelques sections. Mais ce qui était si étonnant, c’est que vous pouviez voir la route épique qui s’étendait devant vous, et ce que vous veniez de descendre. À chaque coin de rue, on tombe à nouveau amoureux du cyclisme sur route.

La route en lacets de l’autre côté de la vallée était le col du Grimsel, notre dernière ascension de la journée. Seulement 6 km, mais avec un vent de face sur un changement de direction sur deux. Au sommet, nous nous sommes regroupés pour la dernière fois, prêts pour la descente vers la maison, exubérants par cette journée incroyable. La descente vers la maison a été rapide et, une fois de plus, les routes suisses impeccables ont rendu la légère humidité très gérable. En tout, nous avons parcouru près de 120 km et gravi 3500 m. Chacun de ces incroyables passages se terminait là où un autre commençait. Vous ne pouviez vraiment pas rêver d’une meilleure journée sur un vélo. Et le meilleur, c’est que nous étions de retour à Morzine à 21h30 ce soir-là.

Suisse, nous reviendrons. Si vous êtes intéressé par une randonnée à vélo dans les Alpes suisses, nous serions ravis de vous guider. N ‘hésitez pas à nous contacter pour commencer à planifier votre tour avec nous.


Pourquoi faire du vélo à l’intérieur ?

Le cyclisme en salle dans les Alpes n’est pas une chose courante. Mais dans la ville de Morzine, folle de vélo, il n’est pas surprenant que cycling Les cours avec nous sont si populaires. En particulier pendant les mois d’hiver, lorsque les routes sont (espérons-le !) enneigées et que les…

Continuer la lecture...

Changeur de jeu pour les pneus Tubeless !

Ces dernières années, les avantages et les inconvénients de l’utilisation de pneus tubeless sur la route ont fait l’objet de nombreuses discussions. Amelia, l’entraîneur en chef de Buzz Performance, les utilise depuis quelques années maintenant et est jusqu’à présent très impressionnée. Si vous envisagez de changer d’avis, que vous avez…

Continuer la lecture...

Tour de France 2019

En attendant que le Tour de France revienne sur les célèbres cols entourant Morzine (ce n’est qu’une question de temps !), Buzz vous propose quelques jours d’aventure pour suivre le Tour là où il se trouve le plus près de chez vous. Pour le tour 2019, nous sommes restés à…

Continuer la lecture...

Réflexions sur le temps passé à Majorque

Notre première visite à Majorque a eu lieu en 2018, avec des amis et pour qu’Amelia puisse effectuer un développement professionnel sous la direction de l’entraîneur de triathlon Brett Sutton. Ensuite, nous avons eu envie de retourner dans le charmant village de bord de mer de Port de Pollenca et…

Continuer la lecture...